La pédagogie de la mouche

Texte tiré du site de Bernard Collot :

En ce début d’année scolaire, à plusieurs reprises, on m’a demandé : “Mais qu’est-ce donc cette soi-disante pédagogie de la structure et de la communication ? Et comment tu fais ?”. La question piège ! Je ne sais pas très bien comment je fais ! et pourtant, au fur et à mesure que les années passent, je sais bien que je ne fais pas n’importe quoi, je commence même par en être sûr ! Qu’est-ce qui détermine chacun de nos actes pédagogiques, tout au moins les miens ? Alors, en cette belle journée de pré-rentrée, par la fenêtre ouverte, bzzzzz… j’ai découvert que j’essayais d’organiser ma classe suivant la pédagogie… de la mouche!

Et c’est assez simple, il suffit… ou plutôt il faut…

Il faut qu’une mouche puisse rentrer dans la classe, éventuellement se poser sur une vitre (1).

Il faut qu’un enfant puisse éventuellement la voir, éventuellement la regarder (2).

Il faut qu’il puisse, éventuellement, s’en approcher (3), poser son menton sur sa main et partir sur son dos à travers des nuages verts.

Il faut qu’il puisse, éventuellement, lui parler, lui chanter ou aller chanter la chanson de la mouche au magnétophone, aller à l’atelier peinture peindre le voyage avec la mouche ou, dans un coin tranquille (4), écrire un poème de mouche, et, pourquoi pas, écrire à la mouche.

Il faut qu’il puisse, éventuellement, attraper la mouche, la mettre dans une boite et la cacher dans son bureau, ou lui arracher une aile pour voir si une mouche avec une aile, ça vole (5). Continue reading La pédagogie de la mouche

Freinet et Collot

Je me suis intéressé à Fernand Oury (proche de Freinet), puis à Freinet, en 1ère année de prépa, après avoir lu Libres enfants de Summerhill de Neill. Ce bouquin m’a permis d’entrevoir qu’on pouvait faire autre chose que le système scolaire que j’avais vécu et que je vivais encore (qui m’avait saoulé allégrement et qui continuait à me saouler). En même temps, et avec les mêmes motivations, j’ai découvert Carl Rogers.

Ce que j’apprécie particulièrement chez Freinet, c’est la liberté qu’il a donnée aux élèves pour “tâtonner”, faire de “l’expression libre”, etc. En plus, il a mis en place des outils stimulants qui favorisent la communication (imprimerie, correspondance scolaire, etc.).

Ce qui m’a paru le plus pertinent, chez Fernand Oury, c’est la gestion des régles collectives. Il a mis en place des structures qui permettent aux enfants d’auto-gérer au maximum leur vie commune (notamment le fameux “conseil d’enfants”). De plus, il met en cause l’évaluation avec des notes et opte pour un système qui encourage l’évolution : les ceintures comme au judo.

J’ai rencontré Bernard Collot en janvier 2004 (à un salon organisé par des gens de la mouvance Freinet). Je me sens parfaitement en phase avec son approche pratique, même si les constructions théoriques qu’il construit ne m’éclairent pas. Ce qui m’intéresse le plus dans sa pratique, c’est qu’il dépasse les pédagogies “actives”. Ces dernières s’efforcent de rendre actif l’élève pendant le travail. C’est déja un progrès par rapport à la pédagogie “traditionnelle” – Collot l’appelle pédagogie du 1er type – où le professeur parle et croit ainsi déverser son savoir vers les élèves… Mais dans les pédagogies actives (2ème type), c’est le professeur qui “impose” les activités et le travail. Dans ce qu’il appelle la pédagogie du 3ème type, Bernard Collot s’efforce de mettre en place un environnement le plus stimulant possible, le plus relié possible à la “vraie vie” des enfants, et il cesse de vouloir être le déclencheur direct des activités. Il est parfois le déclencheur indirect (grâce à l’environnement stimulant mis en place), mais le déclencheur est souvent ce qui arrive aux enfants en dehors de la classe. C’est pour cela qu’il appelle cette pédagogie la pédagogie de la mouche. Les enfants sont libres et accompagnés…

Lisez le texte sur la pédagogie de la mouche, c’est vraiment un texte qui vaut le déplacement 🙂

Voici un site d’instits de la mouvance Freinet/Collot dont je suis le webmaster : Marelle

Christian Bobin

Je suis tout-à-fait séduit par le livre “Folle Allure” de Christian Bobin. Ce livre m’habite encore, plusieurs jours après l’avoir lu 🙂 Voici quelques extraits pour vous donner envie :

Tu sais, petite, la pâtisserie et l’amour, c’est pareil – une question de fraîcheur et que tous les ingrédients, même les plus amers, tournent au délice.

Je ne comprends pas tout ce qu’elle me dit. Je ne comprends même rien, j’écoute sa voix traversée d’oiseaux et soudain, j’éclate de rire. Elle me regarde sans surprise, avec bonheur même.

(…)

C’est fou ce qu’on peut dire comme bêtises pour retenir les gens – et c’est fou comme les gens croient aux bêtises qu’on leur dit. Ma chérie, ma douce. Tu es la plus belle, tu es la meilleure. Tu es indispensable. Et puis quoi encore. Le premier film avait séduit les critiques. Je n’y avais qu’un second rôle et ils n’avaient parlé que de moi. Le second, c’est sûr, serait un succès. Tournage au Canada. Il n’y aura pas de second. J’ai pris l’argent du premier, j’ai compté, cela devrait me suffire pour passer trois ans dans le Jura. Peut-être quatre. Après je verrai. Je les entends d’ici. Irresponsable, immature, capricieuse, sale gosse. Le vrai mot ils ne le trouveront pas. Le seul mot qui n’est pas dans leur vocabulaire parce qu’il n’est pas dans leur vie : libre.

(…) Continue reading Christian Bobin

La non-directivité intervenante (NDI)

Michel Lobrot est quelqu’un de très important dans ma vie. C’est la personne qui a le plus d’influence sur ma vie intellectuelle. Si j’arrive petit-à-petit à développer une vie amoureuse et corporelle enrichissante, c’est principalement grâce à cette influence intellectuelle et grâce aux rencontres qu’il co-organise (notamment la rencontre internationale de la NDI).

J’ai lu pratiquement tous ses livres. Je les trouve particulièrement pertinents. Malheureusement, la plupart du temps, Michel n’arrive pas à écrire pour les gens “qui ne sont pas dans le trip”, surtout dans le début de ses livres. J’ai failli arrêter de lire le premier livre que j’ai lu de lui – Les forces profondes du moi – parce que, comme souvent, le début n’est pas assez centré sur la vie des gens, il n’explicite pas assez le fil conducteur pourtant pertinent. J’ai continué car j’allais le rencontrer. J’ai bien fait ! A partir de la page 78 (quand il arrête de parler de Freud), ça a été un apport d’une très grande richesse pour moi ! Les autres livres m’ont aussi beaucoup apporté. Je compte travailler à mettre en valeur ces livres, peut-être en les résumant de manière plus accessible pour les gens “qui ne sont pas dans le trip'”…

Voici un site pour avoir un aperçu de son oeuvre : Michel Lobrot. Vous pourrez y lire des morceaux choisis par moi 🙂 Je vous recommande ce site !

Michel Lobrot a développé la Non Directivité Intervenante (NDI) : une approche pédagogique originale, qui comporte (bien sur) des similitudes avec celle de Rogers.