3 erreurs et 1 confusion

Depuis quelques années, je visite de temps en temps la classe de mon ami Philippe. Le but est double :

  • mettre en place des outils informatiques pour les enfants (par exemple arbustes.net)
  • concevoir des supports pour présenter le fonctionnement original de la classe de Philippe, sous forme écrite (par exemple l’article « Une journée ordinaire » dans Le Nouvel Educateur n°197) ou sous forme vidéo (j’ai tourné plusieurs heures de rushs)

Pris dans notre enthousiasme, nous avons fait deux erreurs administratives :

  • Ne pas avoir demandé l’autorisation de l’inspecteur
  • Ne pas avoir utilisé le bon document d’autorisation pour que les parents acceptent ou non que leurs enfants apparaissent dans un documentaire vidéo (heureusement aucune vidéo n’a été publiée)

S’ajoute à cela une 3ème erreur. La page d’accueil d’arbustes est séparée en deux : d’un côté l’espace enfants & parents, et de l’autre l’espace profs pour échanger entre professionnels. L’espace profs n’est pas encore ouvert, et en attendant, nous avions publié la liste des personnes qui allait participer sur cet espace. En plus des photos et de certaines informations (ville, profession, etc.), nous avions mis un lien vers le site personnel de chacun. En ce qui me concerne, j’avais mis un lien vers mon blog. C’est une erreur importante car la page d’accueil est visible par les enfants, et que les enfants n’ont rien à faire sur mon blog. Ce lien est resté 3 jours, après quoi nous avons vu notre erreur et nous avons enlevé les liens.

Nous comprenons que de nombreux parents soient en colère et qu’ils aient averti l’inspecteur. Nous regrettons beaucoup d’avoir fait ces 3 erreurs. L’inspecteur a immédiatement pris les décisions suivantes :

  • Il m’est interdit de retourner dans l’école de St-Sorlin et d’accompagner la classe en classe-découverte
  • Je dois remettre tous les rushs vidéos à Philippe

Nous pensons que ces décisions sont pertinentes, et nous nous engageons à les respecter.

Nos 3 erreurs sont d’autant plus fâcheuses qu’elles arrivent au moment où l’école de St-Sorlin est confrontée à des problèmes importants : un message à caractère pornographique est arrivé dans la boîte email d’un enfant de l’école, les incivilités et les grossièretés sont de plus en plus nombreuses, notamment des garçons envers les filles…

Une réunion sur le sujet, lundi 11 avril, a réuni des parents, les parents délégués, l’inspecteur, les professeurs, le maire et la directrice de l’école. Dans une lettre, les parents délégués ont laissé entendre qu’il ne fallait pas s’étonner des problèmes rencontrés dans l’école quand on voyait le contenu de mon blog : amours pluriels, année sabbatique, et un article de philosophie morale publié en 2008 où je défends l’idée que la pornographie n’est pas condamnable en elle-même.

Cet article a été cité en réunion, donc je vais en parler ici. Au cas où il y ait encore des doutes : je suis fermement opposé à exposer les mineurs à la pornographie. Jamais je n’inciterai un enfant à regarder de la pornographie ! Si je me suis intéressé au sujet, c’est parce que je porte un intérêt intellectuel fort aux sujets qui touchent à la liberté et à la société.

Ce qui prête peut-être à confusion dans l’article, c’est qu’à un moment, je réponds à une idée assez répandue : “pour enlever tout risque que les enfants soient exposés à la pornographie, il faudrait la bannir totalement, même pour les adultes”. Et j’explique pourquoi cette idée radicale ne me semble pas pertinente :

    1. comme beaucoup d’adultes sont très demandeurs de pornographie, il est pratiquement impossible de la bannir totalement
    2. avant de bannir totalement quelque chose d’une société, ce qui est très radical, il faut pouvoir se baser sur des études scientifiques fiables. Je sens bien qu’il est dangereux pour les enfants d’être exposés à la pornographie, mais il n’y a pas d’étude scientifique fiable qui montre cela. En effet, il faudrait une étude scientifique où l’on expose intentionnellement une partie des enfants à la pornographie, et les comparer avec un groupe témoin, ce qui est heureusement hors de question. Pour montrer que la question n’est pas tranchée scientifiquement, j’ai aussi parlé dans l’article du fait qu’il existe des gens (dont je ne fais pas partie, c’est pour cela que j’en parle à la 3ème personne dans l’article) qui pensent qu’il serait bénéfique d’exposer les enfants à la pornographie.

    Bref, nous comprenons qu’il y a une confusion, et nous espérons la dissiper en exposant simplement les faits.

6 thoughts on “3 erreurs et 1 confusion”

  1. Moi je te connais, Guilain, et je sais bien que tes intentions sont bonnes.
    D’ailleurs, (avec une autorisation de l’inspection), je n’hésiterais pas une seule seconde à t’accueillir dans ma classe si tu le souhaitais un jour (même si je doute que cela t’intéresse pour le moment, vu ma pédagogie actuelle plutôt “classique” !).

  2. Lol ^^

    Pour ce qui est “pédagogie classique”, j’essaye de m’en éloigner justement (sur conseil de l’inspection d’ailleurs !), mais c’est pas encore ça…

Leave a Reply to Prof Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *