All posts by Guilain

Collège « difficile » : des innovatrices bien inspirées racontent…

Je viens de lire le livre « L’école, les belles et la Bête » de Aline Peignault et Marie-Pierre Degois, paru en avril 2007 aux éditions « Chronique Sociale ».

Passionnant, mais assez difficile à raconter. Les deux auteurs, l’une prof au collège, et l’autre Principal, racontent des séquences de vies : au début leurs souvenirs d’enfance, leurs formations, puis leur expériences professionnelles.

J’apprécie particulièrement les récits de Marie-Pierre Degois. Ils m’éclairent bien sur les processus qui ont contribué à la réussite de certains projets du collège. En plus, j’aime beaucoup sa façon décrire et son 🙂 J’ai repris certains passages de livre (dont un de Aline Peignault). Cela donne un petit texte agréable et rapide à lire, je pense que vous ne serez pas déçus du détour 🙂

Continue reading Collège « difficile » : des innovatrices bien inspirées racontent…

Coup de coeur pour CouchSurfing

CouchSurfingCouchSurfing est un réseau pour les gens qui souhaitent :

  • voyager en dormant sur le canapé d’autres personnes
  • accueillir des voyageurs sur leur canapé
  • ou faire les deux !

On peut s’inscrire gratuitement sur le site Internet www.couchsurfing.org, dire si on veut héberger ou pas, puis rechercher et contacter des gens prêts à nous héberger dans les endroits où l’on souhaiterait aller… Il n’y a pas de “dette” ni de compteur pour savoir qui a le plus hébergé ou a été le plus invité. Nous considérons que lorsque quelqu’un vient chez quelqu’un d’autre, la situation est gagnante pour les deux personnes.

Continue reading Coup de coeur pour CouchSurfing

Le fabuleux destin de l’acteur-clown (par Denis Verguin)

Le mnde du clwn

  • Tout est vital
  • Je suis vrai dans l’instant
  • Tout va bien, quoi qu’il arrive
  • Je ne cherche pas à être drôle
  • C’est toujours la première fois
  • Je n’explique pas ce que je fais
  • Je ne dis jamais non à la réalité
  • Tout était prévu, surtout les imprévus
  • Je suis prêt à tout, mais ne m’attend à rien
  • Je ne cache rien, je montre au public tout ce qui m’arrive
  • Je me sert de tout ce qui m’arrive
  • Je ne m’excuse jamais
  • Continue reading Le fabuleux destin de l’acteur-clown (par Denis Verguin)

Penser la pornographie (Ruwen Ogien)

Couverture du livre 'Penser la pornographie' de Ruwen OgienJe viens de lire « Penser la pornographie » de Ruwen Ogien (2003). Et me voila parti sur ce sujet délicat 🙂 Qu’est-ce qui me motive à lire et à écrire sur la pornographie ? C’est à la fois la continuité de mes remises en question, ici sur le plan sexuel, et ma révolte contre le moralisme ambiant. De plus, dans ce domaine, la lecture m’a amené à changer de position, donc je pense qu’écrire sur le sujet peut avoir un certain impact sur mes (quelques) lecteurs. Enfin, c’est aussi parce que je pense que la société perd beaucoup à la condamnation morale de la pornographie.

OUI aux règles (ou aux condamnations morales) dont l’esprit est :
1/ d’empêcher le tort causé à autrui ;
2/ de défendre une égale considération de chacun

OUI à ces règles et à des garants forts pour ces règles.

Par contre, NON aux règles (ou aux condamnations morales) qui ne seraient pas liées à ces deux points, c’est-à-dire qui ne s’appuieraient pas sur « l’éthique minimale » !

La pornographie confrontée à l’éthique minimale, c’est intéressant parce que :

  • certains arguments pornophobes ne s’appuient pas sur l’éthique minimale ;
  • les autres arguments pornophobes se réclament de l’éthique minimale mais se révèlent en fait douteux ;
  • les règles ou les condamnations morales pornophobes (qui sont mises en place à partir de ces arguments) ont, à mon avis, des conséquences négatives plus importantes que ce qu’on pourrait penser à première vue (là, je sors du domaine exploré par Ruwen Ogien dans son livre).

Pourquoi y’a-t-il autant de règles et de condamnation morales contre la pornographie ?

Ethique minimale Type d’argument Arguments antipornographie
Arguments s’appuyant dessus Elle cause un tort à autrui 1. « protection de la jeunesse »
2. « incitation à la violence sexuelle »
3. « conditions de travail déplorables »
Elle va à l’encontre de l’égalité dans la prise en compte des voix et des intérêts de chacun 4. « dégradation des femmes »
Arguments ne s’appuyant pas dessus Elle est médiocre 5. « mauvaise qualité des films »
Elle cause un tort à soi-même 6. « “modèle” moral inacceptable : sexualité interchangeable, dissociée de tout sentiment, de toute affectivité »
7. « perte futile de temps, d’argent et d’énergie »

Je vais commencer par commenter rapidement les arguments qui ne s’appuient pas sur l’éthique minimale. Je ne m’étendrai pas.

L’argument qui m’intéresse le plus est le 4 : la « dégradation des femmes ». C’est personnellement ce qui me gêne le plus dans la pornographie. Je citerai un assez long passage du livre de Ruwen Ogien. C’est sur ce passage que j’ai le plus envie d’échanger (dans les commentaires en bas de la page ou dans la vraie vie).

Je parlerai de l’argument 1 : « protection de la jeunesse » à la fin : c’est long et je n’arrive pas vraiment à trouver un bon compromis « concision – exhaustivité ». Cependant, il y a matière à riches réflexions…

Continue reading Penser la pornographie (Ruwen Ogien)

Trop nazes, les clowns !?!

ClownJe n’ai jamais vraiment aimé les numéros de clowns. Navrants… Ils me navrent… Ils me prennent, moi et encore plus les enfants, pour des imbéciles. Ils sont lourds, leurs gags n’amusent même pas eux-mêmes… Bref, trop nazes les clowns 🙁

C’est là que Denis Verguin arrive, un mec que j’ai rencontré plusieurs fois à des rencontres “rogériennes” à Paris. J’apprécie beaucoup son authenticité, son côté expressif, sa capacité à devenir ludiquement naïf, à s’étonner, etc. Du coup, quand j’ai su qu’il organisait un atelier clown début 2006, j’y suis allé, malgré mes grandes réticences.

Bien sûr, vous vous en doutez, si j’écris sur le sujet, c’est que cet atelier et ceux qui ont suivis m’ont séduit et ont pulvérisé mes réticences ! Avec Denis, le clown n’essaie pas de faire le pitre ou d’amuser la galerie. Il essaie de sentir ce qui lui arrive, et de le montrer, avec son corps, sa voix, sa tête… Ce qui fait (éventuellement) rire le public, c’est l’humanité qui se dégage du clown, les petits trucs, faiblesses, difficultés qu’on perçoit chez lui alors que les gens essaient d’habitude de les cacher… Le clown débarque aussi un peu d’une autre planète, il n’a pas (ou essaie de ne pas avoir) d’apriori, de spécificités culturelles, etc.

Pour ceux que ça intéresse, Denis organise des ateliers clown 1 fois toutes les 2 semaines, le mercredi, de 19h30 à 22h30, près de la station RER Cité Universitaire (ou métro Glacière). Cela côute 30€ la séance (ou 25€ si l’on vient régulièrement). J’y vais, et ça me plait beaucoup. Si vous voulez tenter l’aventure, il reste des places 🙂

Didier van Cauwelaert est top ! Un cercle de lecture, ça vous dit ?

J’ai fini de lire hier soir “Rencontre sous X” de Didier van Cauwelaert. Je suis grave enthousiaste 🙂 J’ai l’impression que c’est le meilleur livre que je n’ai jamais lu ! Des personnages très attachants avec des révoltes touchantes et jouissives, un humour que j’apprécie beaucoup (un peu façon “petit Nicolas”), une relation amoureuse atypique où plein de choses sont inversés…

En tous cas, ça m’a donné envie d’organiser un cercle de lecture ! On en faisait à Lyon l’année dernière : tous les mois, un livre et un rendez-vous chez quelqu’un pour en discuter, chacun ramène un peu à bouffer ou à boire… C’est chouette pour rencontrer de nouvelles personnes et pour découvrir de nouveaux auteurs !

Si ça vous branche, faites moi signe 🙂

Voici quelques passages (pas forcément significatifs) : Continue reading Didier van Cauwelaert est top ! Un cercle de lecture, ça vous dit ?

Ame soeur, es-tu là ?

La vision traditionnelle du couple me semble être un pari très gonflé :

Des alternatives à l'âme soeur ?

J’aime les paris gonflés 🙂 Celui-là est d’ailleurs très attirant ! Il suffit de trouver la bonne personne (l’âme sœur) pour vivre des moments merveilleux dans tous les domaines, être rassuré par rapport aux problèmes de la vie, etc. Le pied, non ?

Oui, sauf que j’ai l’impression que ce pari est rarement réussi ! Continue reading Ame soeur, es-tu là ?

Etre “à fond dedans” ou ne pas l’être…

Ce qui me semble essentiel à l’école, en colonie de vacances ou pour le développement personnel en général, c’est d’être “à fond” dans les activités qu’on fait. Voici mon hypothèse la plus importante : une personne qui s’investit à fond dans une activité ne perd pas son temps, même si elle en donne parfois l’impression de l’extérieur.

[modifications du 17 août 2006 : cette hypothèse est valable dans la plupart des cas, mais pas toujours ! Elle reste fondamentale, mais il faut l’exclure dans deux cas. D’une part, une personne qui s’investit à fond dans une activité peut le regretter après coup, mais recommencer quand même (par exemple, des jeux d’ordinateur). C’est un phénomène addictif et la personne veut elle-même en sortir. Dans ce cas, “être à fond dedans” n’est pas forcément constructif. D’autre part, même si la personne ne regrette pas l’activité dans laquelle elle s’investit à fond, il est parfois constructif qu’une autre personne la contraigne à se limiter dans cette activité, dans le but qu’elle s’ouvre à d’autres activités (dans ce cas, il faut que l’environnement soit stimulant, et que la personne contrainte s’approprie la contrainte de limitation très rapidement, sinon, je pense que cela ne peut pas être constructif !). Un exemple, après que des parents aient essayé sans succès que des enfants se mettent leur propres contraintes pour limiter leur temps passé devant l’ordinateur, ils leurs imposent de se limiter à 2 heures par jour, et les enfants intègrent cette limite sans que les parents aient besoin d’intervenir dans la suite…]

Mais comment aider quelqu’un à avoir envie de s’investir à fond dans une activité ? C’est ce que j’ai essayé de synthétiser dans le schéma ci dessus ! Le but est d’arriver à atteindre le rectangle en haut à droite…
être à fond dedans ?

Continue reading Etre “à fond dedans” ou ne pas l’être…

Brest2006 : le forum (féérique) des usages coopératifs

Je suis chamboulé par les 3 jours que je viens de passer à Brest ! Je me sens très en phase avec les participants et ce qu’ils font autour d’Internet. L’ambiance était féérique 🙂 Imaginez : plus de 300 personnes accessibles, enthousiastes, qui sourient facilement, s’écoutent, s’estiment… Des personnes qui s’impliquent au niveau local et s’intéressent aux moyens d’encourager l’expression des gens et les échanges… Des personnes d’horizons, d’âges, de sexes et de métiers variés… Bref, des sourires et des rencontres enthousiasmantes à la pelle ! Continue reading Brest2006 : le forum (féérique) des usages coopératifs