Category Archives: Gestion de conflits

L’antiperfectionnisme libéral

Extraits de “Sexe : le point aveugle du libéralisme politique” de Jean-Cassien Billier (dans “Comprendre la sexualité” 6ème numéro d’une revue de philosophie et de sciences sociales éditée par PUF, à paraître prochainement)

[…]

Il est temps aujourd’hui de saisir qu’une posture nouvelle est tenable ; celle qui consiste à assumer jusqu’au bout les principes du libéralisme politique contre tout conservatisme moral, sans pour autant forcément endosser les thèses les plus béatement optimistes du libéralisme économique débridé.

[…]

L’antiperfectionnisme libéral tente de mettre en application au moins trois grands principes :

  • le principe de la considération égale, qui exige d’accorder la même valeur à la voix ou aux intérêts de chacun
  • le principe de neutralité de l’Etat à l’égard des conceptions du bien personnel (1)
  • le principe d’intervention limitée de l’Etat aux cas de torts flagrants causés à autrui.

L’application conjointe de ces principes devrait permettre d’assurer que les pratiques et les orientations diverses de nos contemporains en matière de sexualité ne doivent être limitées que dans les cas où celles-ci nuisent de façon flagrante à autrui (et non pas à eux-mêmes, puisqu’il s’agit de leur liberté et non de la nôtre). […] Continue reading L’antiperfectionnisme libéral

Dans quel(s) domaine(s) l’état est-il légitime ?

Il est souvent très pertinent qu’un groupe mette en place des régles et instaure des garants de ces régles (par un exemple, un état une police). Mais ces régles doivent être établies par le groupe, révisables par le groupe et doivent se contenter de limiter à empêcher des torts causés à autrui.

Cela est une approche très constructive pour gérer la discipline par exemple dans une classe (le garant des lois étant l’instit, sachant que des lois supérieures au groupe classe – des lois nationales par exemple – ne sont pas négociables et s’appliquent sur la classe via l’instit).

L’état doit tout faire pour encourager les diverses initiatives dans tous les domaines, les remises en question, etc. (et aussi réduire les formalités administratives, mais c’est une évidence).

L’état implique un risque important de corruption en tous genres (voir par exemple l’excellent spectacle elf, la pompe Afrique. Il faut donc un système anticorruptif puissant.

L’Etat ne doit pas défendre de morale perfectionniste : voir la page L’antiperfectionnisme libéral

Mes colos de juillet 2004

En juillet 2004, j’ai passé un mois à animer une colo dans le Vercors, avec une vingtaine d’enfants. J’ai pris contact avec le directeur car il est dans la “mouvance Freinet”. Les particularités des 2 séjours (14 jours et 12 jours) : d’une part aucune activité n’était prévue d’avance, et d’autre part, le taux d’encadrement était important (1 anim pour 4 ou 5 enfants), avec des enfants plutôt “difficiles” dans l’ensemble. Voici le premier bilan que j’ai écrit début août…

Rythme exigeant, responsabilités importantes, faible rémunération… Ca ne laisse pas le choix : pour que je persévère dans l’animation, je dois y prendre mon pied et/ou sentir que j’y fait un travail fructueux pour les enfants. Or, durant les deux colos que je viens d’animer, je n’ai pas l’impression d’avoir atteint ces 2 points de façon satisfaisante :

  • j’ai traversé trop de moments de galères et j’ai pas assez pris mon pied
  • j’ai pas l’impression d’avoir apporté beaucoup aux enfants.

Ce constat d’échec est toutefois relatif : vu de l’extérieur, j’ai assuré mes fonctions d’animateur de façon acceptable, et les enfants étaient globalement bien contents de leurs vacances. Face à mes sentiments d’insatisfaction, je ne baisse pas les bras, car j’entrevois des solutions… Toutes les phrases soulignées sont des choses concrètes que je compte faire avant d’animer une prochaine colo. Continue reading Mes colos de juillet 2004