La chronoleftéologie : science du temps libre

Heure

La liberté que me donne mon année sabbatique est à double tranchant. Si je ne me fixe moi-même aucune contrainte horaire, je risque d’avoir un rythme de vie décalé (coucher à l’aurore, lever dans l’après-midi), de ne pas arriver à passer du temps sur des projets qui m’importent ou des activités qui me font plaisir, de passer trop de temps sur Internet, de procrastiner, bref, je risque de passer une année décevante…

Fort de mes expériences passées en chronoleftéologie, je me suis fixé quelques règles qui fonctionnent à merveille. En gros, je n’arrive à m’imposer moi-même qu’un seul type de règles :

« De telle heure à telle heure, je ne fais pas telle activité »

Cette année, par exemple : après 13h00, je n’ai pas le droit de travailler sur mon projet principal (philosophie morale et politique et école 3type). Avant 13h00, je peux soit travailler sur ce projet, soit faire autre chose !

Pour moi, cette règle a 3 avantages majeurs par rapport à la règle classique « je travaille sur ce projet jusqu’à 13h00 » :

  • Elle est beaucoup plus facile à respecter, donc elle « tient » plus longtemps.
  • Après 13h00, mon esprit est totalement dégagé pour d’autres activités. Avec la règle classique, je serais tenté de rattraper le temps éventuellement perdu avant 13h00, et donc je n’aurais pas l’esprit tranquille après 13h00.
  • Avant 13h00, je suis plus motivé à me mettre à travailler sur le projet, parce que je sais que je n’ai qu’un temps limité que je ne pourrais pas rattraper : une sorte de « pénurie » est artificiellement créée ! Et lorsqu’à 11h00 par exemple, je vois qu’il ne me reste que 2 heures, je suis incité à être plus efficace.

Bien sur, cela ne marche que si je suis motivé à faire l’activité en question. Mais de toute façon, dans le cas contraire, je n’arriverais pas à m’imposer moi-même de faire l’activité !

Ce type de règle m’a aussi permis de résoudre des problèmes de dépendances, par exemple les jeux d’ordinateurs ou Internet. J’appelle dépendance des activités que je fais, que je regrette d’avoir fait et que je refais quand même le lendemain. J’ai résolu mon problème de dépendance aux jeux d’ordinateurs il y a plusieurs années avec cette règle : « si j’ai décidé de ne pas jouer à l’ordinateur le lendemain, je respecte cette décision » (les autres règles du style « pas plus de 3 heures par jour » n’ont jamais marché car elles étaient trop compliquées, ou elles ne s’adaptaient pas à la situation présente que je pouvais toujours considérer comme « valant bien une petite exception »).

Concernant Internet, cette année, je m’y interdis l’accès de 9h30 à 13h00 et après 20h00. Le soir, cela me pousse à faire des activités que j’avais laissé de côté (littérature, musique, peinture, film, sorties culturelles, rien de spécial, etc.)… C’est une règle assez similaire que celle que mes parents avaient imposé quand j’étais au collège-lycée : « pas d’ordinateur après le dîner » (il m’est arrivé de la contester ou de l’outrepasser certains soirs, mais je me souviens que le plus souvent, je la trouvais légitime).

Enfin, me lever le matin a toujours été une souffrance pour moi, mais j’ai déjà expérimenté que je n’aimais pas avoir un rythme décalé. J’ai donc fixé la règle : « je n’ai pas le droit de dormir de 9h00 à 12h00 ». Mais j’ai du mal à respecter cette règle, parce que la fameuse pensée « allez, 5 minutes de plus à somnoler, ce n’est pas la fin du monde ! » me conduit à me rendormir jusqu’à pas d’heure… J’ai donc 4 « trucs » qui m’ont permis de surmonter le problème :

  • J’écoute France Inter 10 minutes pour sortir de mes pensées
  • J’ai envie d’aller lire mes nouveaux emails (je n’y ai pas eu accès depuis la veille 20h00)
  • Je sais qu’après 12h00, je pourrais faire une sieste
  • Certains amis seront automatiquement prévenus si je n’allume pas mon PC à l’heure (voir le site Matin Malin que j’ai créé… Vous pouvez venir “suivre mes retards” ou vous servir de ce site pour vous-même…)

Et vous, pour votre temps libre, vous imposez-vous des règles à vous-même ? 🙂

4 thoughts on “La chronoleftéologie : science du temps libre”

  1. Bonjour Guilain,
    Il n’y a pas que le matin que tu es malin, semble-t-il. Ayant moi aussi quelques soucis de gestion de mon temps, hors de toute pression extérieure quotidienne, j’apprécie tes recettes et ta manière d’aborder les choses sous un angle décalé, différent, qui me paraît effectivement plus efficace que la moyenne.
    Je garde donc cet article en favori, histoire d’y revenir y puiser l’inspiration.

    En ce qui me concerne, j’utilise depuis peu l’extension LeechBlock pour Firefox qui permet de bloquer totalement ou non, selon certains critères de temps, l’accès à Internet. Je teste depuis une quinzaine de jours et pour l’instant j’en suis très content.

    C.T.

  2. Alors tu vois moi j’ai un truc, ça s’appelle un boulot.

    Du coup, je me lève à 5h tous les matins de semaine, je suis réveillée avant 8h le week-end, et il faut bien que je dorme un peu la nuit pour récupérer donc pas trop de soucis à me coucher avant minuit, tu l’imagines…(là par exemple il est 22h30 et je commence à être très très très fatiguée, sur le point de m’endormir et quand on me connaît on sait que c’est rare)

    Et moi aussi j’ai une seule règle qui me suffit : “Mes élèves avant tout”.

    Je te jure que cette règle marche du tonnerre, tu ne risques pas de chômer… ^^

  3. Pour travailler en free lance et à la maison, j’ai pu me heurter un bon nombre de fois aux problemes de gestion du temps..au pluriel oui. On a vite fait d’en faire trop.. ou de ne rien faire du tout. Tu as décidemment de bonnes idées Guilain,j’espère que tu n’en doutes JA-MAIS! :°)

Leave a Reply to Clown Triste Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *