Risque suicidaire, anorexie…? Ne pas employer la force, ni tourner les talons…

Le très instructif rue89 a publié un article intitulé “Double suicide du TGV : nouveau scandale psychiatrique ?“. Il raconte comment une famille a été interné de force pendant plusieurs jours, sans la possibilité de se voir, parce qu’on craignait qu’ils ne se suicident. Ca m’a interpelé, d’autant plus qu’un ami venait de me parler de sa fille anorexique qui avait été emmené de force depuis son lieu de travail jusqu’à un hôpital psychiatrique. Ca me révolte ! Voici les commentaires que j’ai laissé sur la page de cet article :

*****
De Guilain | 21H28 | 31/01/2009

Quelqu’un qui se suicide ne cause pas de préjudice direct aux autres personnes. Son acte ne devrait pas être considéré comme immoral ou illégal.

Il est donc illégitime d’employer la force pour essayer d’éviter que quelqu’un ne se suicide. Ca vaut aussi par exemple pour les gens anorexiques.

Des auteurs comme Ruwen Ogien traitent bien de cette question…

*****
De Béatrice1 | 16H16 | 01/02/2009

Personne n’a dit que le suicide était « immoral » ou « illégal ». Mais il est généralement dû à un grave trouble psychique appelé la « mélancholie », et QUI SE SOIGNE. Ne pas aider des gens dans ce cas c’est de la non-assistance à personne en danger. Même chose pour les anorexiques.

Il est normal que l’employé des pompes funèbres ait été alarmé par ce qui pouvait légitimement être compris comme un projet de suicide collectif.

Le critère est la dangerosité POUR SOI ou pour les autres.

Si ça arrivait à quelqu’un dans votre entourage, vous tourneriez les talons plutôt que d’essayer d’aider ?

*****
De Guilain | 13H11 | 02/02/2009

Heureusement, il existe d’autres possibilités que les deux seules que vous semblez envisager :

  • employer la force (ce qui est seulement légitime contre des actions immorales ou illégales)
  • tourner les talons (ce qui est effectivement de la non assistance à personne en danger)

Risque suicidaireOn peut par exemple prendre le temps d’écouter la personne, d’établir une relation amicale, sans chercher à imposer son point de vue, mais en exprimant ses craintes… Je parie que des relations amicales, non paternalistes et empathiques sont la meilleure réponse dans ces situations…

Je répète que je ne parle ici que des situations où une personne est dangereuse pour elle-même (lorsque la situation est dangereuse pour d’autres personnes, d’autres choses entrent en jeu, et l’emploi de la force peut être légitime).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *